Quoi de neuf pour les enfants ?

Depuis plusieurs années, le SCFA (Service pour la Catéchèse, la Formation et l’Animation) réfléchit sur de nouvelles manières de proposer aux enfants du 21ème siècle une catéchèse qui correspondent aux attentes des parents d’aujourd’hui, à Genève.

Qui sont-ils, ces enfants d’aujourd’hui ? Difficile d’en tirer un portrait puisque l’un de leurs atouts est justement leur diversité.

Ce qui est sûr, c’est qu’à travers l’école et les nouvelles formes d’apprentissage qui leur sont proposées, les enfants de 2018 sont curieux, éveillés, ouverts à la réflexion et qu’ils s’attendent à être pris au sérieux dans leur questionnement sur la vie.

B.A.M Auditoire Calvin Photo Alain Grosclaude
Reproduction Interdite

Longtemps, on a pensé que la catéchèse procédait d’une instruction verticale. Puis, au cours des années 70, on a privilégié l’aspect ludique de l’enseignement biblique. La réflexion actuelle ‑à la lumière des récentes découvertes dans le domaine pédagogique‑ tend à considérer que l’enfant est capable d’une réflexion propre sur son environnement social, physique, intellectuel et spirituel. L’enjeu devient alors pour nous, catéchètes, de mettre l’enfant en présence des textes bibliques afin de lui permettre de développer sa propre pensée et d’élaborer, au même titre qu’un adulte ou un adolescent, une réflexion théologique. On dit l’enfant « capable de Dieu ».

C’est ce qu’on appelle aujourd’hui la théologie ou la spiritualité de l’enfant.

Quels outils ? Ceux-là sont ceux qui ont toujours existé : les histoires, le jeu, le chant, la prière et la célébration.

Les formes, comme à chaque époque, ont changé : aujourd’hui, une approche en particulier nous semble correspondre à cette manière de prendre l’enfant au sérieux : le Godly Play®. Intraduisible en genevois : « le jeu de Dieu (!) ». Il se décline en plusieurs temps : le récit d’une histoire biblique, un temps de discussion très ouvert, un moment de créativité informel, un « festin », un temps de prière et de bénédiction. L’originalité de cette méthode tient à la fois au matériel et à la démarche. Vous pouvez satisfaire votre curiosité en allant sur le site : http://godlyplay.ch/

Espace prière 06.04.2019 © E. Jeanneret Reproduction Interdite

Mais ce n’est pas tout. Très impressionnée par un voyage en 2014 à Helsinki, une petite équipe genevoise a découvert une des premières églises des enfants. Dans cette église tout est conçu pour être à la portée des enfants : les différents éléments nécessaires à la liturgie sont à la taille des enfants : que ce soit le baptistère, les espaces de prière, les vitraux. Symboliquement, l’enfant ne regarde pas depuis en dessous, mais à sa hauteur. Il habite cette église comme il habite d’autres lieux de vie qui lui sont adaptés : sa chambre, sa classe, une aire de jeux. Pourquoi est-ce important ? Si l’on considère que l’enfant est acteur à part entière d’une spiritualité qui lui appartient, il devient capital de mettre à sa disposition des « outils », des repères, des moyens qui lui correspondent et lui permettent de « déchiffrer » la culture chrétienne.

C’est donc le défi auquel s’est attelé l’équipe : à terme, nous aimerions voir éclore un tel lieu à Genève. Nous en sommes encore loin. Une première expression de ce que l’on pourrait vivre dans une église des enfants sont les BAM, proposés à l’auditoire Calvin pour tous les enfants et leurs parents (car l’Eglise des Enfants se veut intergénérationnelle) et en particulier ceux du Centre- Ville Rive Gauche.

Bible et Aventure pour les Mômes : le BAM est une proposition de célébration pour les jeunes parents et leurs enfants : les enfants ‑dès 4 ans‑ sont invités à découvrir en famille une histoire biblique qui leur est racontée, en mots et en notes. Des chants ‑dont le « spécial BAM » composé sur mesure‑, des prières et un échange complètent la célébration.

Depuis septembre 2018, sont installées à l’auditoire Calvin une salle des Merveilles ‑le nom donné à la salle qui permet d’exercer le Godly Play‑ et les BAM.

Le mardi midi est proposé un temps de catéchisme pour les enfants de l’âge du primaire et le samedi matin, une fois par mois, un BAM.

Cette description des activités offertes aux enfants ne serait pas complète sans parler des

Chanter 15.09.2018 © Alain Grosclaude Reproduction Interdite

Théopopettes qui, depuis 9 ans, permettent aux enfants d’apprendre à réfléchir sur les grands thèmes de la vie de manière ludique et ouverte. À suivre sur https://www.theopopettes.ch/

Chaque décennie propose de nouveaux défis. Les réponses changent de forme mais ce qui sous-tend depuis toujours les acteurs de la catéchèse reste identique : le désir profond d’exposer les enfants à l’amour de Dieu.

Personnellement, en tant que « chargée de ministère auprès des enfants », mon principal ressort est de me positionner de la manière la plus authentique possible face aux enfants. En plus de 30 ans d’enseignement, comme titulaire de classe et comme responsable d’un atelier-théâtre, je n’ai cessé d’être surprise par les réactions des enfants : que ce soit positivement ou négativement, cela a été une source perpétuelle de remise en question. Les enfants ne nous laissent pas le choix : on ne triche pas avec eux, ou pas très longtemps.

Aujourd’hui plus que jamais, ce qui m’intéresse ‑et au risque de me répéter‑, c’est d’aider les enfants à acquérir des outils pour se former leur propre pensée, leur propre dialogue intérieur, leur propre spiritualité, dans un monde qui les sur-stimule sans toujours les respecter, qui les expose sans pudeur à des réalités multiples et parfois effrayantes. C’est leur donner une vraie place, sans leur donner le vertige de prendre toute la place. C’est les prendre au sérieux, avec amour et humour. C’est leur donner le goût des histoires, celles de la Bible en particulier ; c’est partager avec eux ce qui me permet de garder le sourire même quand les tempêtes se déchaînent : écouter avec le cœur. Et redire avec un de mes grands inspirateurs, Saint–Exupéry : « L’amour, lorsqu’il a germé, donne des racines qui n’en finissent plus de croître. »

Florence Auvergne-Abric

etj / 06.01.20

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code